Microcosme pour deux

Il n’y a rien d’artificiel sur le coin de tes lèvres
La lumière mauve étale son velours sur tes bras
Les arbres abrègent notre désir d’appartenance
À ce qu’il de passe au dehors